Le Mali est fixé sur son adversaire de quart de finale. Mariam Coulibaly et ses coéquipières vont affronter l'Angola de Lucas Italee, un adversaire redoutable et coriace.

Que pouvez-vous nous dire sur l'Angola, votre adversaire de quarts de finale ? 

L'Angola est une grande équipe, un adversaire coriace. Elles ont un bon niveau de basket sur le continent africain. Leur style de jeu est différent du nôtre. Ça ne s'annonce pas facile pour le Mali mais on ne va pas se laisser faire. 

Quel est l'objectif du Mali à cette compétition ?

Notre objectif  est d'arriver en finale et de ramener le trophée à Bamako. On va prier et se donner les moyens pour y parvenir. 

Votre effectif est constitué de jeunes joueuses qui participent à leur toute compétition internationale. Comment trouvez-vous leur niveau de jeu ? 

Effectivement il y a des jeunes joueuses qui disputent le championnat d'Afrique pour la première fois. Elles  se débrouillent plutôt bien et puis il y a aussi  des anciennes que je côtoie depuis plusieurs années. Le groupe est soudé et c'est le plus important.

L'absence des joueuses cadres se fait-elle ressentir dans la tanière du Mali ? 

Oui elle se fait ressentir car ces dernières apportaient de l'expérience mais nous sommes des guerrières. Tout se passe bien pour nous depuis le début de la compétition. Je suis convaincue que dans deux ans, la jeune génération aura gagné en expérience. 

Propos recueillis par Joëlle Bogmis